Girafe : Prix sur demande

La Girafe (Giraffa camelopardalis) est une espèce de mammifères ongulés artiodactyles, du groupe des ruminants, vivant dans les savanes africaines et répandue du Tchad jusqu’en Afrique du Sud. Son nom commun vient de l’arabe زرافة, zarāfah, mais l’animal fut anciennement appelé camélopard, du latin camelopardus, contraction de camelus (chameau) en raison du long cou et de pardus (léopard) en raison des taches recouvrant son corps. Après des millions d’années d’évolution, la girafe a acquis une anatomie unique avec un cou particulièrement allongé qui lui permet notamment de brouter la cime des arbres.

Neuf populations, se différenciant par leurs robes et formes, ont été décrites par les naturalistes depuis le XIXe siècle parfois comme espèces à part entière, mais généralement considérées comme simples sous-espèces jusqu’au XXIe siècle. Cependant la taxonomie des girafes est actuellement débattue parmi les scientifiques. Ainsi, en 2007, une étude moléculaire extensive de girafes confirme la différenciation génétique très nette d’au moins six populations. En 2016, une étude propose d’élever au rang d’espèce quatre taxons. En 2017, une réponse à l’étude de 2016 est publiée, relevant de nombreux points problématiques dans l’interprétation des résultats, et expliquant que les conclusions taxonomiques ne doivent pas être acceptées inconditionnellement.

Il s’agit de l’animal le plus grand en hauteur, pouvant, grâce à la longueur de son cou, atteindre jusqu’à 5,50 m ou même 5,80 m. Les femelles girafes mesurent, à l’âge adulte, entre 4,00 et 4,60 mètres de hauteur, soit 4,30 m en moyenne. Cependant leur cou comporte le même nombre de vertèbres cervicales (7, d’environ 40 cm chacune) que les autres mammifères. Les girafes dorment très peu, moins de 2 heures par 24 heures, et plus volontiers le jour, car elles peuvent continuer à surveiller l’horizon. En réalité, elles somnolent debout, les yeux grands ouverts et sur des périodes allant de 1 à 30 minutes d’affilée. Le poids d’une girafe varie entre 750 et 1 100 kg pour les femelles et peut aller jusqu’à 2 000 kg pour les mâles. Son pelage à dominante rousse est réticulé ou tacheté de jaune ; son ventre est blanc. Sa queue, mince et longue, terminée par un pinceau de poils noirs, mesure de 70 à 100 cm.

La tête porte deux ossicônes, des appendices osseux recouverts de peau. Les ossicônes des femelles sont couverts d’une touffe de poils tandis que ceux des mâles en sont pratiquement dépourvus après quelques combats. Les mâles développent parfois en plus des dépôts de calcium sur leur crâne qui finissent par donner l’impression qu’un troisième ossicône est présent. Ses caractéristiques physiques, notamment la longueur de ses membres et de son cou, font qu’elle est considérée par la NASA comme le modèle idéal pour étudier l’effet de la gravité sur la circulation sanguine. Les phlébologues de la NASA ont copié son réseau sanguin pour réaliser la combinaison anti-G des pilotes de chasse et astronautes.

Son cœur de 11 kg, au myocarde renforcé, pompe 60 litres de sang et bat à 170 pulsations par minute, ce qui donne une pression artérielle deux fois supérieure à la pression humaine. Dans les artères du cou, tout un réseau de muscles annulaires aide à hisser le sang jusqu’au cerveau. Dans les veines, des valvules orientent le sang vers le cœur. Lorsque l’animal baisse la tête au sol, les valvules de la jugulaire sont fonctionnelles et empêchent le sang de retomber vers le cerveau (ce qui conduirait à un « voile rouge »). La veine jugulaire de la girafe est la plus longue et la plus droite du monde animal et possède 9 valvules. En 1993, à Vincennes, son endoscopie confirma que les constituants anatomiques d’une veine sont orientés en fonction de son axe d’aplatissement et donc qu’une veine a bien deux faces et deux bords. En bas des jambes où la pression est énorme, un système de capillaires sanguins très résistants (le rete mirabile, ou merveilleux réseau), comparables à ceux de l’espèce humaine, empêche un œdème fatal.

Contrairement à une idée répandue, les girafes possèdent des cordes vocales mais elles n’émettent que très rarement des sons, se reposant davantage sur la vision que sur l’audition pour communiquer via par exemple des postures et des mouvements du cou et de la tête. Dans l’obscurité, les girafes ont tout de même recours à une communication orale, elles produisent un bruit sourd, une sorte de bourdonnement autour de 92 Hz, c’est-à-dire à la limite de la perception humaine. Néanmoins, il est possible d’entendre les girafons en situation de stress pousser un genre de beuglement approchant celui des bovins. La girafe est le seul mammifère terrestre qui ne bâille pas.

Son espérance de vie serait de l’ordre de 10 à 15 ans ou de 26 ans en milieu sauvage (selon les sources), et de 27 à plus de 36 ans en captivité. Un mâle girafe du Kordofan a vécu 30 ans au Bioparc de Doué-la-Fontaine, il était le doyen de la population captive européenne.

DETAIL DE L'ANIMAL

  • Categorie:
  • Date: 6 juillet 2018
ORGANISEZ VOTRE SAFARI !

MOTS CLÉS